Catégories
L'Anxiété Santé mentale

Le trouble d’anxiété généralisée (TAG)

Vous inquiétez-vous excessivement ou vous sentez-vous tendu et anxieux toute la journée ? Renseignez-vous sur les signes, les symptômes et le traitement du TAG.

Qu’est-ce que le trouble d’anxiété généralisée (TAG) ?

Tout le monde devient parfois anxieux, mais si vos inquiétudes et vos peurs sont si constantes qu’elles interfèrent avec votre capacité à fonctionner et à vous détendre, vous pouvez avoir un trouble d’anxiété généralisée (TAG).

Le TAG est un trouble anxieux courant qui implique une inquiétude, une nervosité et une tension constantes et chroniques. Contrairement à une phobie, où votre peur est liée à une chose ou à une situation spécifique, l’anxiété du TAG est diffuse – un sentiment général de peur ou de malaise qui colore toute votre vie.

Cette anxiété est moins intense qu’une attaque de panique, mais dure beaucoup plus longtemps, rendant la vie normale difficile et la relaxation impossible. Le trouble d’anxiété généralisée est épuisant mentalement et physiquement. Il draine votre énergie, interfère avec le sommeil et use votre corps.

Si vous souffrez de TAG, vous pouvez vous inquiéter des mêmes choses que les autres, mais vous portez ces inquiétudes à un nouveau niveau.

Le commentaire négligent d’un collègue sur l’économie devient une vision d’un feuillet rose imminent; un appel téléphonique à un ami qui n’est pas immédiatement répondu devient l’anxiété que la relation est en difficulté.

Parfois, la simple pensée de passer la journée produit de l’anxiété. Vous vaquez à vos activités avec une inquiétude et une tension exagérées, même lorsqu’il n’y a pas grand-chose ou rien pour les provoquer.

Que vous réalisiez que votre anxiété est plus intense que la situation ne l’exige ou que vous pensiez que votre inquiétude vous protège d’une manière ou d’une autre, le résultat final est le même.

Vous ne pouvez pas éteindre vos pensées anxieuses. Ils continuent de vous passer par la tête, en répétition sans fin. Mais peu importe à quel point les choses semblent accablantes maintenant, vous pouvez vous libérer des inquiétudes chroniques, apprendre à calmer votre esprit anxieux et retrouver votre sens de l’espoir.

Cela vous semble familier?

  • « Je n’arrive pas à arrêter mon esprit… ça me rend fou ! »
  • « Il est en retard, il était censé être là il y a 20 minutes ! Oh mon Dieu, il a dû avoir un accident !
  • “Je n’arrive pas à dormir, je ressens juste une telle peur… et je ne sais pas pourquoi !”
La différence entre l’inquiétude « normale » et le TAG

Les inquiétudes, les doutes et les peurs font partie de la vie normale. Il est naturel d’être inquiet au sujet d’un examen à venir ou de s’inquiéter de vos finances après avoir été frappé par des factures imprévues. La différence entre un trouble anxieux « normal » et un trouble anxieux généralisé réside dans le fait que l’inquiétude impliquée dans le TAG est :

  • Excessif.
  • Intrusif.
  • Persistant.
  • Perturbateur.
Inquiétude «normale» vs trouble d’anxiété généralisée
Inquiétude « normale » : Désordre anxieux généralisé:
Vos inquiétudes ne gênent pas vos activités et responsabilités quotidiennes. Vos inquiétudes perturbent considérablement votre travail, vos activités ou votre vie sociale.
Vous êtes capable de contrôler vos inquiétudes. Votre inquiétude est incontrôlable.
Vos inquiétudes, bien que désagréables, ne causent pas de détresse importante. Vos soucis sont extrêmement bouleversants et stressants.
Vos inquiétudes se limitent à un petit nombre de préoccupations réalistes. Vous vous inquiétez de toutes sortes de choses et avez tendance à vous attendre au pire.
Vos accès d’inquiétude ne durent que peu de temps. Vous vous inquiétez presque tous les jours depuis au moins six mois.

Signes et symptômes du TAG

Toutes les personnes atteintes de trouble d’anxiété généralisée ne présentent pas les mêmes symptômes, mais la plupart des gens ressentent une combinaison de symptômes émotionnels, comportementaux et physiques qui fluctuent souvent, s’aggravant en période de stress.

Les symptômes émotionnels du TAG comprennent :

  • Des soucis constants qui vous trottent dans la tête
  • Sentir que votre anxiété est incontrôlable ; il n’y a rien que vous puissiez faire pour arrêter l’inquiétude
  • Pensées intrusives sur des choses qui vous rendent anxieux ; vous essayez d’éviter d’y penser, mais vous ne pouvez pas
  • Une incapacité à tolérer l’incertitude ; vous devez savoir ce qui va se passer dans le futur
  • Un sentiment omniprésent d’appréhension ou de terreur

Les symptômes comportementaux du TAG comprennent :

  • Incapacité à se détendre , à profiter du temps calme ou à être seul
  • Difficulté à se concentrer ou à se concentrer sur les choses
  • Remettre les choses à plus tard parce que vous vous sentez dépassé
  • Éviter les situations qui vous rendent anxieux

Les symptômes physiques du TAG comprennent :

  • Se sentir tendu ; avoir des contractions musculaires ou des courbatures
  • Avoir du mal à s’endormir ou à rester endormi parce que votre esprit ne s’arrête pas
  • Se sentir nerveux , agité
  • Problèmes d’estomac , nausées, diarrhée
Symptômes du TAG chez les enfants

Chez les enfants, les inquiétudes excessives se concentrent sur les événements futurs, les comportements passés, l’acceptation sociale, les questions familiales, les capacités personnelles et les résultats scolaires.

Contrairement aux adultes atteints de TAG, les enfants et les adolescents ne réalisent souvent pas que leur anxiété est disproportionnée par rapport à la situation, les adultes doivent donc reconnaître leurs symptômes.

En plus de bon nombre des symptômes qui apparaissent chez les adultes, certains signaux d’alarme pour le TAG chez les enfants sont :

  • « Et si » craint des situations lointaines dans le futur
  • Perfectionnisme , autocritique excessive et peur de se tromper
  • Sentir qu’ils sont à blâmer pour toute catastrophe et que leur inquiétude empêchera la tragédie de se produire
  • La conviction que le malheur est contagieux et va leur arriver
  • Besoin d’être rassuré et approuvé fréquemment

Conseil d’auto-assistance pour le trouble d’anxiété généralisée  : Connectez-vous avec les autres

Le soutien d’autres personnes est essentiel pour surmonter le TAG. L’interaction sociale avec quelqu’un qui se soucie de vous est le moyen le plus efficace de calmer votre système nerveux et de dissiper l’anxiété. ami, peut-être.

Cette personne doit être quelqu’un avec qui vous pouvez parler pendant une période ininterrompue, quelqu’un qui vous écoutera sans juger, critiquer ou être continuellement distrait par le téléphone ou d’autres personnes.

Construisez un solide système de soutien. Les êtres humains sont des créatures sociales. Nous ne sommes pas censés vivre isolés. Mais un système de soutien solide ne signifie pas nécessairement un vaste réseau d’amis.

Ne sous-estimez pas les avantages de quelques personnes en qui vous pouvez avoir confiance et sur lesquelles vous pouvez compter.

Parlez-en lorsque vos inquiétudes commencent à monter en flèche. Si vous commencez à vous sentir submergé par l’anxiété, rencontrez un membre de votre famille ou un ami en qui vous avez confiance.

Le simple fait de parler face à face de vos inquiétudes peut les rendre moins menaçantes.

Sachez qui éviter lorsque vous vous sentez anxieux. Votre vision anxieuse de la vie peut être quelque chose que vous avez appris en grandissant.

Si votre mère est une inquiète chronique, elle n’est pas la meilleure personne à appeler lorsque vous vous sentez anxieux, peu importe à quel point vous êtes proche.

Lorsque vous déterminez à qui vous adresser, demandez-vous si vous avez tendance à vous sentir mieux ou moins bien après avoir parlé d’un problème à cette personne.

Sachez que le TAG peut entraver votre capacité à vous connecter avec les autres. L’anxiété et les inquiétudes constantes peuvent vous faire sentir dans le besoin et peu sûr de vous, causant des problèmes dans vos relations.

Pensez à la façon dont vous avez tendance à agir lorsque vous vous sentez anxieux, en particulier anxieux à propos d’une relation.

Testez-vous votre partenaire ? Se désister? Faire des accusations ? Devenir collant ? Une fois que vous êtes au courant de tout schéma relationnel motivé par l’anxiété, vous pouvez rechercher de meilleures façons de gérer les peurs ou les insécurités que vous ressentez.

Astuce 2 : Apprenez à vous calmer rapidement

Bien qu’interagir socialement avec une autre personne en face à face soit le moyen le plus rapide de calmer votre système nerveux, il n’est pas toujours réaliste d’avoir un ami proche sur qui s’appuyer.

Dans ces situations, vous pouvez rapidement vous apaiser et soulager les symptômes d’anxiété en faisant appel à un ou plusieurs de vos sens physiques :

Vue – Regardez tout ce qui vous détend ou vous fait sourire : une belle vue, des photos de famille, des photos de chats sur Internet.

Son – Écoutez de la musique apaisante, chantez votre air préféré ou jouez d’un instrument de musique. Ou profitez des sons relaxants de la nature (en direct ou enregistrés) : les vagues de l’océan, le vent à travers les arbres, le chant des oiseaux.

Odeur – Bougies parfumées légères. Sentez les fleurs dans un jardin. Respirez l’air pur et frais. Vaporisez votre parfum préféré.

Goût – Mangez lentement une friandise préférée, en savourant chaque bouchée. Sirotez une tasse de café ou de tisane chaude. Mâchez un chewing-gum. Savourez une menthe.

Toucher – Offrez-vous un massage des mains ou du cou. Câlin avec un animal de compagnie. Enveloppez-vous dans une couverture douce. Asseyez-vous dehors dans la brise fraîche.

Mouvement – Allez marcher, sautez de haut en bas ou étirez-vous doucement. La danse, le tambour et la course peuvent être particulièrement efficaces.

Astuce 3 : Bougez

L’exercice est un traitement anti-anxiété naturel et efficace. Il soulage les tensions, réduit les hormones du stress, stimule les produits chimiques de bien-être tels que la sérotonine et les endorphines, et modifie physiquement le cerveau de manière à le rendre moins sujet à l’anxiété et plus résistant.

Pour un soulagement maximal du TAG, essayez de faire au moins 30 minutes d’activité physique la plupart des jours. Les exercices qui sollicitent à la fois vos bras et vos jambes, comme marcher, courir, nager ou danser, sont des choix particulièrement judicieux.

Pour encore plus d’avantages, essayez d’ajouter un élément de pleine conscience à vos entraînements. La pleine conscience est un puissant combattant de l’anxiété et une technique facile à intégrer à votre programme d’exercices.

Plutôt que d’espacer ou de vous concentrer sur vos pensées pendant une séance d’entraînement, concentrez-vous sur la façon dont votre corps se sent lorsque vous bougez.

Essayez de remarquer la sensation de vos pieds touchant le sol, par exemple, ou le rythme de votre respiration, ou encore la sensation du vent sur votre peau. Non seulement vous tirerez le meilleur parti de votre entraînement, mais vous interromprez également le flot de soucis constants qui vous trottent dans la tête.

Astuce 4: Regardez vos soucis d’une nouvelle manière

Le principal symptôme du TAG est l’inquiétude chronique. Il est important de comprendre ce qu’est l’inquiétude, car les croyances que vous avez à propos de l’inquiétude jouent un rôle énorme dans le déclenchement et le maintien du TAG.

Vous pouvez avoir l’impression que vos inquiétudes viennent de l’extérieur, d’autres personnes, d’événements qui vous stressent ou de situations difficiles auxquelles vous faites face. Mais, en fait, l’inquiétude est auto-générée. Le déclencheur vient de l’extérieur, mais votre dialogue interne le maintient.

Lorsque vous vous inquiétez, vous vous parlez de choses dont vous avez peur ou d’événements négatifs qui pourraient se produire.

Vous revoyez la situation redoutée dans votre esprit et réfléchissez à toutes les façons dont vous pourriez y faire face. Essentiellement, vous essayez de résoudre des problèmes qui ne se sont pas encore produits, ou pire, simplement obsédé par les pires scénarios.

Toutes ces inquiétudes peuvent vous donner l’impression que vous vous protégez en vous préparant au pire ou en évitant les mauvaises situations. Mais le plus souvent, s’inquiéter est improductif – sape votre énergie mentale et émotionnelle sans entraîner de stratégies ou d’actions concrètes de résolution de problèmes.

Comment distinguer les soucis productifs et improductifs

Si vous vous concentrez sur des scénarios « et si », votre inquiétude est improductive.

Une fois que vous avez abandonné l’idée que vos inquiétudes vous aident d’une manière ou d’une autre, vous pouvez commencer à gérer votre inquiétude et votre anxiété de manière plus productive.

Cela peut impliquer de remettre en question les pensées irrationnelles et inquiétantes, d’apprendre à arrêter de s’inquiéter et d’apprendre à accepter l’incertitude dans votre vie.

Astuce 5 : Pratiquez des techniques de relaxation pour le TAG

L’anxiété est plus qu’un simple sentiment. C’est la réaction physique de « combat ou fuite » du corps à une menace perçue.

Votre cœur bat, vous respirez plus vite, vos muscles se contractent et vous vous sentez étourdi. Lorsque vous êtes détendu, c’est tout le contraire qui se produit. Votre rythme cardiaque ralentit, vous respirez plus lentement et plus profondément, vos muscles se détendent et votre tension artérielle se stabilise.

Puisqu’il est impossible d’être anxieux et détendu en même temps, le renforcement de la réponse de relaxation de votre corps est une puissante tactique pour soulager l’anxiété.

Les techniques de relaxation efficaces pour soulager l’anxiété comprennent :

Respiration profonde. Lorsque vous êtes anxieux, vous respirez plus vite. Cette hyperventilation provoque des symptômes tels que des étourdissements, un essoufflement, des étourdissements et des picotements dans les mains et les pieds.

Ces symptômes physiques sont effrayants, entraînant encore plus d’anxiété et de panique. Mais en respirant profondément par le diaphragme, vous pouvez inverser ces symptômes et vous calmer.

La relaxation musculaire progressive peut vous aider à relâcher les tensions musculaires et à vous libérer de vos soucis. La technique consiste à tendre systématiquement puis à relâcher différents groupes musculaires de votre corps. Au fur et à mesure que votre corps se détend, votre esprit suivra.

MéditationLa recherche montre que la méditation de pleine conscience peut réellement changer votre cerveau. Avec une pratique régulière, la méditation stimule l’activité du côté gauche du cortex préfrontal, la zone du cerveau responsable des sentiments de sérénité et de joie.

Conseil 6 : Adoptez des habitudes anti-anxiété

Un mode de vie sain et équilibré joue un rôle important dans la prévention des symptômes du TAG. En plus de l’exercice régulier et de la relaxation, essayez d’adopter ces autres habitudes de vie pour lutter contre l’anxiété et l’inquiétude chroniques :

Dormez suffisamment. L’anxiété et l’inquiétude peuvent causer de l’ insomnie , comme peut en témoigner toute personne dont les pensées agitées les ont empêchées de dormir la nuit.

Mais le manque de sommeil peut aussi contribuer à l’anxiété. Lorsque vous manquez de sommeil, votre capacité à gérer le stress est compromise. Lorsque vous êtes bien reposé, il est beaucoup plus facile de garder votre équilibre émotionnel, un facteur clé pour faire face à l’anxiété et arrêter l’inquiétude.

Améliorez votre sommeil la nuit en changeant les habitudes diurnes ou les routines du coucher qui peuvent contribuer à l’insomnie.

Limitez la caféine. Arrêtez de boire ou au moins réduisez les boissons contenant de la caféine, y compris les sodas, le café et le thé.

La caféine est un stimulant qui peut déclencher toutes sortes d’effets physiologiques nerveux qui ressemblent beaucoup à de l’anxiété, des battements de cœur et des mains tremblantes à l’agitation et à l’agitation.

La caféine peut également aggraver les symptômes du TAG, provoquer de l’insomnie et même déclencher des crises de panique.

Évitez l’alcool et la nicotine. Prendre quelques verres peut temporairement vous aider à vous sentir moins anxieux, mais l’alcool aggrave les symptômes d’anxiété à mesure qu’il s’estompe.

Bien qu’il puisse sembler que les cigarettes soient apaisantes, la nicotine est en fait un puissant stimulant qui conduit à des niveaux d’anxiété plus élevés et non plus faibles.

Mange bien. La nourriture ne cause pas d’anxiété, mais une alimentation saine peut vous aider à garder le cap.

Passer trop de temps sans manger entraîne une hypoglycémie, ce qui peut vous rendre anxieux et irritable, alors commencez la journée du bon pied avec le petit-déjeuner et continuez avec des repas réguliers.

Mangez beaucoup de fruits et de légumes, qui stabilisent la glycémie et stimulent la sérotonine, un neurotransmetteur aux effets calmants. Réduisez également la quantité de glucides raffinés et de sucre que vous mangez. Les collations et les desserts sucrés font monter la glycémie puis s’effondrer, vous laissant émotionnellement et physiquement épuisé.

Traitement du trouble d’anxiété généralisée

Si vous avez donné une bonne chance à l’auto-assistance, mais que vous n’arrivez toujours pas à vous débarrasser de vos inquiétudes et de vos peurs, il est peut-être temps de consulter un professionnel de la santé mentale.

Mais rappelez-vous qu’un traitement professionnel ne remplace pas l’auto-assistance. Afin de contrôler vos symptômes de TAG, vous aurez toujours envie d’apporter des changements à votre mode de vie et d’examiner la façon dont vous envisagez de vous inquiéter.

La thérapie cognitive-comportementale (TCC) est un type de thérapie particulièrement utile dans le traitement du TAG. CBT examine les distorsions dans nos façons de regarder le monde et nous-mêmes.

Votre thérapeute vous aidera à identifier les pensées négatives automatiques qui contribuent à votre anxiété. Par exemple, si vous catastrophiez (en imaginant toujours le pire résultat possible dans une situation donnée), vous pouvez contester cette tendance en vous demandant : « Quelle est la probabilité que ce pire scénario se réalise ? » et « Quels sont les résultats positifs les plus susceptibles de se produire ? ».

Les cinq composantes de la TCC pour l’anxiété sont :

Éducation. La TCC implique l’apprentissage du trouble d’anxiété généralisée. Il vous apprend également à faire la distinction entre les inquiétudes utiles et inutiles. Une meilleure compréhension de votre anxiété encourage une réponse plus tolérante et proactive à celle-ci.

Surveillance. Vous apprenez à surveiller votre anxiété, y compris ce qui la déclenche, les choses spécifiques qui vous préoccupent, ainsi que la gravité et la durée d’un épisode particulier. Cela vous aide à prendre du recul et à suivre vos progrès.

Stratégies de contrôle physique. La TCC pour le TAG vous entraîne aux techniques de relaxation pour aider à diminuer la surexcitation physique de la réponse « combat ou fuite ».

Les stratégies de contrôle cognitif vous apprennent à évaluer et à modifier de manière réaliste les schémas de pensée qui contribuent au trouble d’anxiété généralisée. Au fur et à mesure que vous contestez ces pensées négatives, vos peurs commenceront à s’atténuer.

Stratégies comportementales. Au lieu d’éviter les situations que vous craignez, la TCC vous apprend à les affronter de front. Vous pouvez commencer par imaginer la chose dont vous avez le plus peur. En vous concentrant sur vos peurs sans essayer de les éviter ou de les échapper, vous vous sentirez plus en contrôle et moins anxieux.

Médicament contre l’anxiété

⚠️ ATTENTION ⚠️ TOUTE PRISE DE MÉDICAMENT DOIT ÊTRE PRESCRITE PAR UN PROFESSIONNEL DE SANTÉ .

IL EXISTE DES RISQUE MAJEURS AVEC DES CONSEQUENCES TRÉS GRAVE SUR LA SANTÉ PHYSIQUE ET MENTALE PROVOQUÉ PAR CERTAINS MÉDICAMENTS DE CE GENRE.

CONSULTER VOTRE MÉDECIN AVANT TOUTE MÉDICATION.

Les médicaments pour le TAG ne sont généralement recommandés que comme mesure temporaire pour soulager les symptômes au début du processus de traitement, la thérapie étant la clé du succès à long terme.

Il existe trois types de médicaments prescrits pour le trouble d’anxiété généralisée :

Buspirone. Ce médicament anti-anxiété, connu sous le nom de marque Buspar, est généralement considéré comme le médicament le plus sûr pour le trouble d’anxiété généralisée. Bien que la buspirone atténue les effets, elle n’éliminera pas entièrement l’anxiété.

Benzodiazépines. Ces anxiolytiques agissent très rapidement (généralement en 30 minutes à une heure), mais la dépendance physique et psychologique est fréquente après plus de quelques semaines d’utilisation. Ils ne sont généralement recommandés que pour les épisodes d’anxiété graves et paralysants.

Antidépresseurs. Le soulagement que les antidépresseurs procurent à l’anxiété n’est pas immédiat et le plein effet ne se fait pas sentir avant six semaines. Certains antidépresseurs peuvent également exacerber les problèmes de sommeil et provoquer des nausées ou d’autres effets secondaires.

3 réponses sur « Le trouble d’anxiété généralisée (TAG) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vérifié indépendamment
0 avis
%d blogueurs aiment cette page :