Catégories
Relations Santé mentale

Êtes-vous codépendant(e) ?

*Vous pouvez activer la traduction dans la langue que vous souhaitez pour cette vidéo tirée des conférence TED

Parfois appelée «dépendance relationnelle», la codépendance est une condition émotionnelle et comportementale qui influence la capacité d’une personne à avoir une relation saine et mutuellement satisfaisante. 

Les personnes atteintes de codépendance entretiennent souvent des relations unilatérales, émotionnellement destructrices et dysfonctionnelles.

Le terme codépendance désignait à l’origine les partenaires des personnes souffrant de troubles liés à l’usage de substances , mais il s’est diversifié pour inclure une variété de dynamiques relationnelles.

Des études actualisées sur les statistiques des relations codépendantes et de la codépendance font défaut, mais des études plus anciennes suggèrent que la codépendance est courante. 

Qu’est-ce que la codépendance ?

Certains professionnels de la santé mentale soutiennent que la codépendance devrait être considérée comme une maladie mentale officielle, mais depuis l’apparition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, 5e édition (DSM-5), la codépendance n’est pas reconnue comme un trouble mental unique.

Cela ne signifie pas que la codépendance n’est pas réelle ou est sans conséquence, loin de là. La codépendance peut être déprimante.

Une personne codépendante met ses propres besoins de côté et devient hyper vigilante quant à la satisfaction des besoins d’une autre personne, au point que sa vie tourne autour de cette personne, créant une relation unilatérale destructrice et dysfonctionnelle pour les deux parties.

Relations codépendantes vs relations dépendantes

La codépendance fait référence à un attachement malsain à une personne spécifique, mais cette personne n’a pas besoin d’être un partenaire romantique. 

La codépendance peut également se produire dans les amitiés, entre les membres de la famille, entre un patron et un subordonné ou des collègues – toute relation dans laquelle un partenaire est dysfonctionnellement dépendant de l’autre peut être considérée comme une relation codépendante.

Une relation codépendante est différente d’une relation dépendante. Une relation de dépendance entre deux personnes est généralement considérée comme saine. 

Car toutes les relations nécessitent une certaine dépendance vis-à-vis de l’autre personne.

Dans une relation de dépendance, les rôles sont plus égaux et le soutien et la dépendance à l’égard de l’autre partenaire sont des concessions mutuelles, au lieu d’être faussés comme dans une relation entre une personne codépendante et un facilitateur. 

Relations de dépendance   Relations codépendantes
Les deux partenaires considèrent leur relation comme une priorité, mais poursuivent également d’autres intérêts et passe-temps. Le partenaire codépendant n’a pas d’intérêts ou de valeurs en dehors de la relation.
Les deux partenaires expriment leurs besoins et leurs désirs l’un par rapport à l’autre. Le partenaire codépendant considère que ses propres besoins sont sans importance.

Il peut être difficile pour le facilitateur d’identifier les besoins ou les désirs de la codépendante concernant la relation.

Les deux partenaires sont liés par le respect et l’amour mutuels, et tous deux trouvent de la valeur dans la relation. Le partenaire codépendant ne se sent digne que lorsqu’il fait des sacrifices (parfois extrêmes) pour le facilitateur.

Le partenaire codépendant craint l’abandon et ne peut concevoir la réalité sans le facilitateur en elle.

Les symptômes

La gravité des symptômes de codépendance fonctionne sur un spectre au lieu d’une échelle tout ou rien. 

Les caractéristiques et les comportements des personnes codépendantes relèvent d’une série de modèles. 

Modèles de déni

  • Difficulté à identifier ce qu’ils ressentent
  • Minimiser, modifier ou nier ce qu’ils ressentent vraiment
  • Se perçoivent comme totalement altruistes et dévoués au bien-être des autres

Modèles de faible estime de soi

  • Difficulté à prendre des décisions
  • Jugement sévère d’eux-mêmes, penser ce qu’ils pensent, disent ou font n’est jamais assez bon
  • Gêne de recevoir de la reconnaissance, des éloges ou des cadeaux
  • Incapacité d’identifier ou de demander ce qu’ils veulent et ce dont ils ont besoin
  • Valeur plus élevée accordée à l’approbation des autres de leur pensée, de leurs sentiments et de leur comportement qu’à eux-mêmes
  • Ne se perçoivent pas comme aimables ou dignes d’intérêt

Modèles de conformité

  • Compromis des valeurs et de l’intégrité pour éviter le rejet et la colère des autres
  • Grande sensibilité aux sentiments des autres et assumer les mêmes sentiments
  • Loyauté extrême, rester trop longtemps dans des situations néfastes
  • Valeur plus élevée accordée aux opinions et aux sentiments des autres
  • Peur d’exprimer des points de vue ou des sentiments différents
  • Mettre de côté ses propres intérêts pour faire ce que les autres veulent
  • Acceptation du sexe comme substitut de l’amour

Modèles de contrôle

  • Croyance que les gens sont incapables de prendre soin d’eux-mêmes
  • Tente de persuader les autres ce qu’il faut penser, faire ou ressentir
  • Le ressentiment lorsque les autres refusent leur aide ou rejettent leurs conseils
  • Offrir librement des conseils et des directives non sollicités
  • Donner des cadeaux et des faveurs à ceux qu’ils veulent influencer
  • Utilisation du sexe pour obtenir l’approbation et l’acceptation
  • Doit se sentir nécessaire pour avoir une relation avec les autres

Modèles d’évitement

  • Comportements et actions qui sollicitent le rejet, la honte ou la colère des autres envers eux
  • Jugement sévère de ce que les autres pensent, disent ou font
  • Évitement de l’intimité émotionnelle, physique ou sexuelle pour éviter de se sentir vulnérable
  • Autorisation des dépendances aux personnes, aux lieux et aux choses pour les distraire de l’intimité dans les relations
  • Communication indirecte ou évasive pour éviter les conflits ou la confrontation
  • La croyance que les démonstrations d’émotion sont un signe de faiblesse

Diagnostic

Les symptômes de la codépendance se chevauchent avec plusieurs autres conditions, notamment le trouble de la personnalité dépendante.

Bien qu’ils semblent similaires, il existe des différences clés entre la codépendance et le trouble de la personnalité dépendante, principalement que la codépendance implique une dépendance à l’égard d’une personne spécifique, mais le trouble de la personnalité dépendante décrit des traits de dépendance envers les autres en général.

Contrairement à la codépendance, le trouble de la personnalité dépendante est inclus dans le DSM-5 et est considéré comme une maladie mentale officielle.

Noms similaires, conditions différentes

La codépendance et le trouble de la personnalité dépendante semblent similaires, mais ils se distinguent l’un de l’autre de deux manières essentielles :

  • Le trouble de la personnalité dépendante est une maladie mentale officielle et est inclus dans le DSM-5, contrairement à la codépendance.
  • Le trouble de la personnalité dépendante implique un besoin excessif d’être pris en charge par les autres, tandis qu’une personne codépendante se concentre sur une personne en particulier.

Si vous pensez être codépendant, prenez rendez-vous avec un professionnel de santé ou avec un spécialiste de la santé mentale comme un conseiller, un thérapeute ou un psychiatre.

Étant donné que de nombreux symptômes de codépendance sont identiques ou similaires à d’autres conditions, votre médecin peut vous aider à établir un diagnostic précis.

Les causes

On pense que la codépendance se développe dans des environnements familiaux dysfonctionnels, en particulier pendant l’enfance. Les problèmes sous-jacents dans un environnement familial dysfonctionnel comprennent : 

  • Un membre de la famille qui a un trouble lié à l’utilisation de substances, y compris la drogue, l’alcool, le travail, la nourriture, le sexe ou le jeu
  • La présence d’abus physique, émotionnel ou sexuel
  • Un membre de la famille vivant avec une maladie mentale ou physique chronique

Dans un environnement familial dysfonctionnel, la peur, la colère et la honte ne sont pas reconnues, ce qui conduit les membres de la famille à réprimer leurs émotions et à ignorer leurs propres besoins.

Bien que ce ne soit plus une exigence pour une désignation de codépendance, le trouble lié à l’utilisation de substances et la codépendance sont souvent liés au sein d’une relation, ce qui rend plus difficile le rétablissement de chaque condition.

Une personne codépendante peut avoir des difficultés avec le processus de rétablissement de la codépendance en raison de la nécessité d’aider la personne souffrant de troubles liés à l’utilisation de substances. 

À l’inverse, une personne codépendante n’a pas la capacité de fixer des limites et d’apporter le soutien approprié dont a besoin une personne souffrant de troubles liés à l’utilisation de substances. 

Cela devient un cercle vicieux, nécessitant l’aide des deux parties pour que l’une ou l’autre réussisse.

Les traitements

À moins que des affections concomitantes ne soient également traitées, les médicaments ne font généralement pas partie du traitement de la codépendance.

Voici quelques endroits où commencer lorsque vous cherchez un traitement pour la codépendance : 

  • Parler avec un praticien de la santé mentale agréé
  • S’inscrire à une consultation avec un thérapeute
  • Lire des livres d’auto-assistance sur la codépendance
  • Parler avec des amis de confiance et des membres de la famille des relations codépendantes

Thérapie

La thérapie de la codépendance se concentre sur la relation actuelle, les relations passées et les traumatismes de l’enfance qui peuvent avoir contribué aux tendances codépendantes.

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est une forme de traitement par la parole qui consiste à reconnaître et à modifier les schémas de pensée et les comportements malsains. La TCC, ainsi que d’autres approches thérapeutiques, peuvent être utiles aux personnes aux prises avec la codépendance. 

Faire face

Il existe des activités et des exercices que vous pouvez faire à la maison pour travailler sur la récupération de la codépendance.

  • Faites un inventaire honnête de la relation : Après avoir appris la codépendance, examinez-vous, votre partenaire et votre relation pour détecter les signaux d’alarme.
  • Comprenez l’impact d’une relation codépendante sur votre vie : comparez une relation saine et dépendante à une relation codépendante. Notez les effets positifs d’une relation saine par rapport aux effets néfastes d’une relation codépendante. Cela peut vous aider à réaliser ce que vous appréciez et que vous voulez changer.
  • Prendre ses responsabilités : Une personne qui est codépendante et ses partenaires habilitants peuvent tous deux avoir du mal à assumer la responsabilité de leurs propres sentiments et lacunes. Chaque personne se prenant en charge et se rappelant qu’elle contrôle ses propres émotions et comportements peut aider à briser le cycle.
  • Lisez des livres : Les livres sur la codépendance peuvent être un excellent moyen de mieux comprendre la condition et de vous aider à être introspectif.

Travaillez sur la relation ou sortez

Travailler sur la codépendance signifie; changer la relation malsaine, ou même quitter la relation. Cela s’étend à toutes les relations codépendantes, pas seulement aux partenariats romantiques. 

  • Faites une pause : Si possible, faites une pause dans la relation pour vous concentrer sur vous-même pendant un moment. Résistez à l’envie de commencer une nouvelle relation amoureuse tout de suite si vous venez d’en mettre fin.
  • Fixez des limites : lorsque vous vous éloignez de la relation ou que vous la rompez, la résistance de votre partenaire est probable. Il peut devenir toxique. Ils peuvent être colériques, manipulateurs et persistants. Ils peuvent vous bombarder d’appels et de SMS. Tracer des limites claires et les respecter constamment envoie un message puissant. Ils devront changer ou trouver une relation avec quelqu’un d’autre.
  • Pratiquez la conscience de soi : Le simple fait de quitter la relation ne « guérira » pas la codépendance. Vous aurez tout de même du travail à faire sur vous-même, soit par vous-même, soit avec l’aide d’un professionnel. Vous devrez également être vigilant au début de nouvelles relations. Surveillez les comportements de votre partenaire qui pourraient déclencher vos anciens comportements codépendants. Soyez introspectif, recherchez les signaux d’alarme indiquant que vous répétez des comportements problématiques passés ou que votre relation est déséquilibrée, malsaine ou pas agréable.

La codépendance peut être un concept déroutant, et le reconnaître n’est pas toujours facile, surtout en vous-même. Bien que la codépendance soit toxique dans toute relation, la bonne nouvelle est qu’elle peut être gérée et surmontée. 

Que vous décidiez de rester dans la relation ou de la laisser derrière vous, en savoir plus sur la codépendance, être introspectif et, si nécessaire, parler à un professionnel peut vous aider à apprendre des façons plus saines d’aborder les relations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vérifié indépendamment
0 avis
%d blogueurs aiment cette page :